J’ai déjà été dans des situations dangereuses, comme nez à nez avec un boa ; mais voulez-vous connaître la situation la plus dangereuse à mes yeux ? Baigner dans sa zone de confort : le lac où l’on peut dire adieu à ses rêves. La zone de confort est un état psychologique dans lequel on se sent à l’aise. Pourquoi serait-ce nuisible à notre accomplissement personnel ? 

Une étude psychologique menée en 1908, donnant lieu à la fameuse loi de Yerkes-Dobson a montré que le fait d’effectuer des tâches familières accélérait la rapidité d’apprentissage. Cependant, cette accélération a un seuil. Pour maximiser notre niveau de performance et notre rapidité d’adaptation, nous devons être dans un espace “d’anxiété optimale ». Le stress externe lié à la nouveauté nous est donc bénéfique.

Par exemple, le passage au travail à distance est une situation particulière à laquelle nous pouvons tous nous identifier aujourd’hui, qui nous demande d’explorer les limites de notre zone de confort. 

La courbe d’apprentissage de tout travail – tant technique qu’émotionnel – peut être amplifiée dans un contexte à distance. En sortant de notre zone de confort cet été, nous pouvons nous doter de l’état d’esprit nécessaire pour aborder les limites, par exemple du travail à distance, sous un angle productif.

Voici 5 astuces à tester pour la rentrée pour apprivoiser sa zone d’inconfort, renforcer sa réactivité face au changement et lutter contre le syndrome de l’inposteur.

 

Faites de vos craintes vos alliés

La peur de l’échec est la principale raison pour laquelle on ne sort pas de sa zone de confort. Avec un stylo et une feuille de papier, tracez un cercle ; placez les choses qui vous font peur à l’extérieur de celui-ci, et celles que vous vous sentez à l’aise de faire à l’intérieur. Cela vous permet de visualiser votre zone de confort.

Pour chaque action que vous avez identifiée comme « induisant la peur », essayez de la reformuler de manière positive, afin de la rendre moins intimidante. Par exemple, cela peut être :

« Je ne pourrai jamais décrocher les fonds nécessaires pour mon projet avec un pitch à distance »

À remplacer par :

« Si j’emploie la bonne approche, les bons outils et méthodes, je peux facilement convaincre les investisseurs de la viabilité de mon projet, même à distance.”.

Au lieu de penser constamment à ce qui pourrait mal tourner, essayez de penser à ce qui pourrait jouer en votre faveur. Cette nouvelle compétence pourrait-elle vous permettre de décrocher un nouveau seuil de croissance pour votre entreprise ?

Pour chaque action au-delà de votre zone de confort, trouvez 10 raisons pour lesquelles la réalisation de celle-ci peut vous être bénéfique. Notez vos pensées dans un bloc-notes. Sans porter de jugement, identifiez tous les moments où vous tombez dans un discours négatif à propos de vos projets.

Établissez des jalons quotidiens à respecter

 

Choisissez une ou deux choses que vous voulez accomplir chaque jour pour vous rapprocher de votre objectif ultime (être capable de faire une chose que vous redoutez). Vous pouvez suivre la même idée dans votre propre entreprise et rester mentalement fort en écrivant de petits objectifs chaque jour.

Une étude de Harvard a montré que les personnes qui ont des objectifs précis sont dix fois plus performantes que celles qui n’en ont pas, et que celles qui les écrivent ont trois fois plus de chances de les atteindre que celles qui ne les écrivent pas.

Une plateforme que je trouve particulièrement utile pour établir des objectifs quotidiens est la todoist : c’est un excellent tableau de bord pour visualiser ses objectifs à court et à long terme tout en suivant ses progrès.

Élargissez votre cercle de connaissances

 

On dit que nous sommes la moyenne des 5 personnes avec lesquelles nous passons le plus de temps. Ainsi, si nous voulons explorer la limite de notre zone de confort, nous pouvons commencer à passer plus de temps avec des gens qui nous inspirent à donner le meilleur de nous-même !

Si vous envisagez de créer une entreprise, par exemple, Forbes suggère « d’entrer en contact avec un entrepreneur à succès dans notre industrie de prédilection”. Avant même de vous en rendre compte, votre zone de confort ne sera plus qu’un lointain souvenir.

Il peut être difficile d’aborder des sujets inconnus et de demander aux gens des conseils en matière de carrière ou d’affaires. En tant d’adepte du concept de franchise radicale, je trouve que la base la plus importante pour établir un lien authentique avec de nouvelles connaissances (et toute connaissance d’ailleurs) est de s’exprimer en toute candeur.

Visualisez votre succès

Plutôt que de se contenter de s’imaginer à la ligne d’arrivée (au sens propre), les champions olympiques se visualisent en train de suivre les mouvements de la course. C’est un moyen scientifiquement prouvé pour stimuler notre volonté mentale, que nous sautions par-dessus un obstacle ou que nous remplissons des papiers.

En visualisant la façon dont nous faisons face à un défi de manière positive, nous nous donnons non-seulement la confiance en nous pour le faire, mais nous trouvons aussi des solutions inattendues en cours de route.

Chez Change Factory, nous commençons souvent les ateliers de Design Thinking en demandant aux participants de visualiser la « le succès de leur prototype ». La visualisation de la forme de ce succès présente tellement d’avantages qu’elle peut être un moyen de nous ancrer à nouveau dans un état d’esprit de réussite dans un contexte collectif.

Pour conclure

« La croissance et le confort ne coexistent pas » – Ginni Rometty, présidente-directrice générale du groupe IBM

Il faut du courage pour sortir de sa zone de confort mais vous vous en porterez beaucoup mieux. Le mot courage est issu de “cor”, latin pour cœur. Il s’agit de faire preuve de force tout en étant convaincu de ses atouts.
En sortant de notre zone de confort, nous vivons les choses telles qu’elles sont vraiment. Il y aura toujours des accidents en cours de route, mais nous serons mieux adaptés à naviguer entre temps.

 

 

 

Yasmine est consultante en management à Change Factory ! Maroc, Etats-Unis, France… Ce profil multiculturel est passée du marketing digital aux RH, mais est aussi une fan de rollers quand elle ne travaille pas sur des programmes d’employee advocacy.